Les 5 guerres civiles les plus meurtrières de tous les temps

Il existe de nombreux types de guerres civiles. Parfois, une partie de la population veut simplement partir et créer un pays séparé. D'autres fois, une faction politique montante souhaite prendre le contrôle du pays.

Dans d'autres circonstances, des intérêts extérieurs peuvent tenter de diviser l'État pour l'affaiblir ou accéder à ses ressources.

Lorsqu'un pays est menacé de dissolution ou de partition, il frappe au cœur du sentiment nationaliste. C'est pourquoi les guerres civiles peuvent être exceptionnellement brutales, en particulier pour les civils qui tentent de fuir le champ de bataille. Voici cinq des guerres civiles les plus meurtrières de tous les temps.



Guerre Civile Chinoise

La guerre civile chinoise, qui a opposé les nationalistes chinois à un mouvement communiste révolutionnaire, a duré de 1927 à 1950. À la fin, les nationalistes de Tchang Kaï-chek ont été évacués vers l'île de Taïwan pour continuer à exister sous le nom de République de Chine, tandis que les communistes de Mao Tsé-toung ont établi la République populaire de Chine sur le continent.

Plus de huit millions de personnes ont été tuées pendant la guerre, principalement des civils tués par la maladie, la famine et les représailles menées par une partie dans des régions considérées comme amies de l'autre.

La phase initiale de la guerre civile était principalement une insurrection des forces communistes chinoises contre le gouvernement nationaliste chinois. Les communistes n'ont cependant pas fait grand-chose et n'ont pu échappé à la destruction complète qu'après la "longue marche" vers le sanctuaire relatif de la province du Shaanxi.

La grande rupture des forces communistes s'est produite au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, lorsque les forces soviétiques en Mandchourie et en Corée ont remis aux armées de Mao des armes japonaises capturées - et des armes soviétiques excédentaires -, augmentant ainsi considérablement leur puissance de feu et leur efficacité globale. Le vent a tourné et les nationalistes chinois ont finalement été contraints de quitter le continent.

 

La Guerre de Corée

La guerre de Corée est généralement connue aux États-Unis comme une intervention militaire au nom du gouvernement sud-coréen, mais en termes généraux, elle peut être considérée comme une guerre civile qui n'est pas encore techniquement terminée.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, la Corée avait été divisée en deux États distincts : le Sud soutenu par les États-Unis et les Nations unies, et le Nord soutenu par la Chine et l'Union soviétique. L'Armée populaire nord-coréenne du dictateur Kim Il-Sung a franchi la frontière internationale le 25 juin 1950 avec l'intention d'unifier le pays. La guerre a déclenché des interventions des forces américaines, chinoises et soviétiques.

Elle a également été exceptionnellement meurtrière selon les normes modernes, avec plusieurs millions de morts dans la péninsule coréenne.

Les pertes militaires de la guerre sont estimées à 70 000 par la République de Corée, 46 000 par les États-Unis et un million par les forces nord-coréennes et chinoises combinées, soit 600 000 morts au combat et 400 000 par maladie.

Près d'un million de Sud-Coréens sont morts pendant la guerre, soit un peu moins de cinq pour cent de la population. La Corée du Nord, qui a subi de lourds bombardements aériens de la part des forces alliées, a subi environ 1,5 million de morts, soit dix à quinze pour cent de la population totale. Ces pertes dépassent les pertes (en pourcentage) subies par l'Union soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale.


Guerre civile du Vietnam (guerre du Vietnam, 2e guerre d'Indochine)

La partition du Vietnam en deux nations en 1954 a rendu inévitable une tentative de réunification, surtout lorsqu'un des deux camps était dirigé par le chef d'une armée de guérilla qui avait réussi. La combinaison d'un Vietnam du Nord dirigé par Ho Chi Minh, l'homme qui avait forcé la France à quitter son pays, et d'une population sud-vietnamienne rétive dirigée par un gouvernement corrompu, a rendu les conditions mûres pour une guerre civile.

Jusqu'en 1968, la guerre a été menée par le Sud-Vietnam, les États-Unis et d'autres alliés contre la guérilla vietnamienne et les forces régulières du Nord-Vietnam. L'offensive du Têt en janvier 1968 a fait du Viêt-cong une force militaire, et le Nord-Vietnam a continué à faire la guerre jusqu'à la victoire en 1975. Les combats ont également entraîné et déstabilisé le Laos et le Cambodge.

Le nombre de morts militaires s'élève à 1,5 million de toutes parts : 300 000 Sud-vietnamiens et jusqu'à 1,1 million de Nord-vietnamiens. En outre, 58 307 Américains, 5 099 Sud-vietnamiens et 1 000 militaires chinois ont été tués.

Jusqu'à 2,5 millions de civils sont morts au cours de la guerre civile vietnamienne, si l'on compte les combats associés au Cambodge et au Laos voisins.

 

Guerre civile au Congo



La guerre civile du Congo a été qualifiée de "la plus vaste guerre inter étatique de l'histoire africaine". Ironiquement, la guerre a en fait commencé lorsque le Rwanda a tenté de régner au sein de forces anti-gouvernementales opérant depuis la République démocratique du Congo (alors connue sous le nom de Zaïre.) Les combats se sont étendus pour finalement impliquer neuf pays et 20 groupes armés, luttant non seulement pour l'intégrité territoriale mais aussi pour le contrôle des ressources naturelles du pays, estimées à 24 000 milliards de dollars.

L'une des guerres les plus meurtrières de ces cent dernières années, la guerre civile du Congo a coûté la vie à 5,4 millions de personnes sur une période de cinq ans. Cela se traduit par près de 3 000 morts par jour, un chiffre choquant compte tenu de l'absence générale de combats conventionnels et décisifs. Comme la plupart des guerres civiles - et des guerres africaines - la plupart des personnes tuées pendant la guerre civile du Congo étaient des civils, tués par la famine, la maladie et les atrocités commises par des groupes armés, y compris des enfants.


La guerre civile au Nigeria



La guerre civile nigériane de quatre ans a éclaté le 6 juillet 1967 et a duré jusqu'en 1970. Le peuple Igbo, sous le régime militaire du gouvernement nigérian et avec un statut de second rang dans la société nigériane, a fait sécession et a formé l'État indépendant du Biafra.

La majeure partie de la communauté internationale a soutenu le Nigeria et, avec leur aide, le gouvernement militaire a pu s'emparer de Port Harcourt - le débouché du Biafra vers le monde extérieur - et reprendre les zones productrices de pétrole qui auraient pu faire du Biafra un pays viable.

Seuls quelque 30 000 Biafrais ont été tués dans les combats. Isolés et appauvris par le manque de revenus pétroliers, environ 2 millions d'autres sont morts de faim et de maladie. Le 11 janvier 1970, le Biafra a été forcé de se rendre et a été réabsorbé au Nigeria.

L'avenir Français 

Selon de nombreux professionnels, anciens forces de l'ordre tel que Aton prédise une guerre civile en France dans les années à venir. 

Ce scénario catastrophe ne touche pas que les pays sous développés, cette analyse n'est donc pas si folle. 

Et vous, quel est votre avenir sur ce qui nous attends ? 

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

SATISFAIT OU REMBOURSÉ

Quelque chose ne va pas ? Ça tombe bien vous avez 14 jours pour changer d'avis (hors produits numériques)

LIVRAISON EN EUROPE

Vous n'habitez pas en France ? Pas de problème, nous livrons partout en Europe !

SERVICE APRÈS VENTE

Besoin d'aide ? Nous sommes à votre service du lundi au vendredi

PAIEMENT SÉCURISÉ

Nous utilisons le cryptage SSL pour des paiements en toute sécurité