La diversité a toujours été l'objectif des forces spéciales | PhilTeam

La diversité a toujours été l'objectif des forces spéciales

Chaque fois que l'on prononce le mot "diversité", en particulier au sein de la communauté des opérations spéciales, cela suscite des grognements de la part de certains, souvent à juste titre.

Pourquoi ? Parce que servir dans une unité d'opérations spéciales a toujours été une décision volontaire. Pas une question d'origine.

Il n'est pas possible d'affecter des personnes aux équipes A des forces spéciales, aux équipes Navy SEAL, aux bataillons de Rangers de l'armée de terre, aux Raiders du MARSOC ou aux équipes CCT de l'armée de l'air. Les hommes et les femmes doivent se porter volontaires pour y servir et, surtout, être capables de passer les strictes exigences de sélection et d'évaluation et les divers cours de qualification requis.

En outre, la communauté des FO, en particulier la branche des forces spéciales, a traditionnellement fait de la diversité son objectif. Les unités opérationnelles ne se souciaient pas et ne se soucient toujours pas de savoir si un opérateur est noir, brun, jaune, rouge ou blanc.

Il est donc ridicule de tenter de critiquer le Commandement des opérations spéciales Français (COS) pour ne pas avoir un environnement "suffisamment diversifié", comme le font certains.

Les critiques souligneront que les chiffres de la diversité sont plus faibles dans les FOS et tenteront d'attribuer cela au fait que les cadres des FOS désavantagent injustement les candidats issus des minorités.

Normes

Cela fait apparaître le redoutable mot " normes ", dont nous pourrions parler et dont nous avons parlé ad nauseam. L'essentiel est que les normes doivent rester intactes pour que les candidats des FOS puissent accomplir leurs missions particulières.

Ce qui distingue les forces spéciales de leurs homologues, c'est leur capacité linguistique et leur réputation durement acquise de créer et de maintenir des relations avec nos alliés et partenaires. L'essentiel est de pouvoir communiquer avec nos partenaires dans leur propre langue et de comprendre et respecter leur culture.

Depuis leur création en 1952, les forces spéciales ont fait de la capacité linguistique une partie importante de leur mission, car il était essentiel de pouvoir recruter, former et diriger des forces de guérilla contre une invasion soviétique en Europe occidentale.

Bon nombre des premiers opérateurs des FS provenaient de l'Office of Strategic Services (OSS) ou avaient été recrutés en vertu de la loi Lodge-Philbin. Ces hommes venaient d'Europe, parlaient la langue et connaissaient les zones d'opération où les équipes seraient affectées.

L'une des raisons pour lesquelles le 7e groupe de forces spéciales a connu un tel succès dans sa propre zone d'opérations est la pléthore de candidats issus de l'Amérique latine qui ont suivi la formation des forces spéciales. Ces sous-officiers et officiers étaient les grands gagnants du groupe à chaque déploiement.

La semaine dernière, j'ai parlé avec le colonel (retraité) Stu Bradin, fondateur et président de la Global Special Operations Foundation (GSOF). Nous avons discuté des appels à la diversité dans le SOCOM et nous avons parlé de notre ancienne équipe A du 7e GSS où le nombre d'opérateurs d'origine espagnole, afro-américaine et amérindienne était supérieur à celui des opérateurs blancs.

femmes-forces-speciales

Les femmes et les forces spéciales

Certains des meilleurs agents de l'OSS étaient des femmes qui ont sauté dans la France occupée, mis en place des réseaux de renseignement, construit des forces de guérilla et mené des opérations de combat contre les Allemands. Pourtant, lorsqu'il s'agit de femmes, la conversation ouvre une toute autre boîte de Pandore.

De nombreux vétérans du service actif et de la SF ne veulent pas de femmes dans les équipes A pour la simple raison que la grande majorité d'entre elles ne seraient pas en mesure de faire face aux exigences physiques extrêmes de la profession. Ils craignent également que les normes (encore ce vilain mot) ne soient abaissées. Mais le nombre de femmes dans les équipes A ne sera jamais élevé en raison de la rigueur physique du travail.

Les unités de missions spéciales sont un sujet différent, car des femmes y sont déjà affectées. De plus, avec les changements qui s'annoncent pour le SOCOM, qui commence à se concentrer sur des conflits proches, ces unités demanderont aux opérateurs de SF de mener des missions non seulement dans des zones rurales, comme l'Afghanistan, mais aussi dans des zones à forte concentration de population. Par conséquent, les femmes et les locuteurs natifs des pays visés devraient être une cible de recrutement.

Les exigences linguistiques créent de la diversité dans les forces spéciales
L'une des critiques formulées à l'encontre des forces spéciales est que leurs capacités linguistiques se sont érodées. Bien que cela puisse être vrai, le rythme opérationnel de combat écrasant auquel les équipes A des FS ont dû faire face pendant les guerres en Irak et en Afghanistan a fait du maintien des compétences linguistiques une faible priorité.

Les équipes A des FS orientées vers l'Amérique latine, l'Extrême-Orient, l'Afrique et l'Europe se sont retrouvées constamment déployées et concentrées sur des missions d'action directe, ce qui ne devrait être qu'une partie de la mission des FS. De plus, ils travaillaient avec des gens qui parlaient une langue totalement différente de celle qu'ils trouvaient dans la zone d'opérations (ZO).

1-er-rpima-force-speciale

Les forces spéciales ont toujours envisagé la diversité pour répondre à leurs besoins

Les forces spéciales se sont toujours adaptées aux impératifs de sécurité nationale d'une époque donnée et le feront sans doute à nouveau. Et elles chercheront à diversifier davantage leur force pour répondre à leurs besoins.
Lors de notre entretien avec Bradin, nous avons discuté du rapport GSOF Imperatives 2021. Nous nous sommes concentrés sur le sujet du recrutement et de la rétention, car comme le dit la vérité des FOS, "les humains sont plus importants que le matériel." Comme le dit le rapport,

"De nombreuses composantes des FOS ont du mal à recruter et à retenir les gens - l'atout le plus précieux des FOS. De plus, les FOS recherchent une plus grande diversité et des personnes possédant des compétences issues de cultures peu répandues au sein de la force actuelle. La loi Lodge-Philbin était une loi fédérale américaine, adoptée en juin 1950, qui permettait le recrutement de ressortissants étrangers dans l'armée américaine. S'ils réussissaient à servir pendant cinq ans avec une décharge honorable, la citoyenneté américaine leur était garantie. Le Congrès devrait envisager une loi Lodge-Philbin moderne conçue pour recruter un nombre diversifié et robuste d'hommes et de femmes pour les opérations spéciales, issus de nations essentielles à la stratégie de sécurité nationale des États-Unis et mieux à même de soutenir la guerre irrégulière. "

En conclusion, le Congrès veut que le SOCOM fasse ce qu'il a toujours fait, c'est-à-dire trouver la bonne personne pour le poste et la former aux normes. Forcer le SOCOM à faire un "Plan stratégique de diversité et d'inclusion 2021" n'est qu'une excuse pour essayer de mettre des chiffres exacts dans l'équation. Cela n'arrivera pas.

Les Forces armées ont toujours fait un excellent travail pour recruter les bonnes personnes. Cela ne va pas changer. Les guerres changent et les bonnes personnes pour la prochaine peuvent être différentes de celles qui ont combattu la dernière. Mais à mesure que les équipes évoluent et reviennent aux éléments fondamentaux de la SF, les capacités linguistiques et culturelles seront satisfaites comme elles l'ont toujours été. Et il y aura beaucoup de diversité.

Retour au blog

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés.