Bienvenue dans la Hell Weeks des Navy SEAL

Nage nocturne de 3 km dans l'océan, grenades incapacitantes et un "Florida Man"

"Oleg, est-ce que tu fais de l'appât pour les putains de requins ? ! Tu fais courir à toute la classe le risque d'une attaque de requin en ce moment même", dit l'instructeur Deek Gammin.

Gammin est un tueur maigre et froid comme la pierre, originaire d'Hollywood, en Floride, ou "Hollyweird" comme les autres instructeurs le lui rappellent quotidiennement.

C'était le type même du redneck de Floride, coiffé d'un mulet, piétinant les alligators, portant un demi-maillot, qui a trouvé sa voie dans la cage d'acier lorsqu'il était un adolescent à problèmes.

Cette cage était l'octogone de l'UFC. Il était une star montante de la MMA chez les poids welter et puis, tout à coup, après qu'un ami de la MMA lui ait donné une copie de The Red Circle, qu'il écoutait en audio pendant son entraînement, il a lu tout ce qu'il pouvait trouver sur les SEALs. Puis, un jour, il a découvert la religion et s'est dit qu'il n'avait qu'à aller au diable, se rendre au centre commercial où se trouvait le bureau de recrutement de la marine locale et s'inscrire pour devenir un SEAL.

"Tu es sûr que tu veux faire ça ? Personne ne réussit à passer l'entraînement", lui a dit le recruteur fumeur à la chaîne. Bien qu'il ait une grosse bedaine de bière et qu'il inhale des Marlboro comme si c'était un réservoir d'oxygène et que sa vie en dépendait, Deek a senti une dimension mondiale chez ce type et s'est inscrit sur-le-champ avec un "Oui monsieur, les SEALS, c'est pour moi".

Le recruteur a pris une longue inspiration et a expiré une longue bouffée de fumée.

"Très bien fils, tu veux des SEALs, tu as des SEALs. Je peux te garantir une chance d'y arriver, mais le reste dépend de toi et 90 % ne réussissent pas", dit-il en caressant le cadre bon marché qui contient une photo de sa femme et de sa grande famille philippine sur son bureau.

navy-seal-hell-week


L'entraînement des SEALs était exactement ce dont le jeune Deek, peu concentré, avait besoin. Il a traversé la formation BUD/S comme un homme en mission, mais a eu quelques difficultés avec la partie académique. Pour compenser, il restait tard chaque soir pour faire l'effort supplémentaire d'apprendre la physique de la plongée et la topographie sous-marine.

Deux tours de combat en Irak avec la SEAL Team Seven. Vingt-huit meurtres confirmés : un à mains nues, deux avec un couteau et le reste avec son fusil de précision SR-25.

Il aurait continué à être déployé pour toujours, le combat lui convenait parfaitement, et il aimait l'adrénaline. Cependant, l'amiral des SEAL au quartier général du WARCOM a commencé à exiger que les SEAL fassent une rotation à terre pour se "réadapter" et se normaliser.

Il a donc été affecté au poste d'instructeur au BUD/S et maintenant, il fait souffrir les étudiants, comme un croupier à cinq jeux de cartes à Vegas, tout en terminant un baccalauréat en philosophie à l'Université de San Diego.

"C'est un buffet de p*** total", aimait-il rappeler à ses collègues instructeurs, pour la plupart mariés, chaque minute qu'il pouvait. "Si vous n'avez pas de photos à partager, gardez-les pour vous, espèce de péquenaud, mangeur d'écureuils, fils de p***er", disait Jackson avec un grand sourire.

"Hooyah Instructeur Gammin", dit Olga.

Il faisait nuit et il était difficile d'interpréter si c'était un "F**k you Hooyah" ou non, mais en tout cas, Gammin laissait tomber. Olga était une dure à cuire. Elle avait survécu à plus de 140 de ses camarades masculins, qui avaient tous sonné la cloche et démissionné depuis la première semaine.

Son tampon s'était honteusement délogé dans la zone de surf alors que toute la classe était punie par le surf froid pour une raison dont personne ne se souvenait plus. C'était le mardi soir de la semaine d'enfer et la classe ne comptait déjà plus que 64 élèves. Les hallucinations dues au manque de sommeil avaient commencé.

"C'est bien ma putain de chance que j'ai des règles abondantes pendant la Semaine de l'Enfer. Oh et bien, on s'en fout des règles", se dit Olga.

JJ et elle étaient devenus ce que les étudiants de BUD/S appellent "L'homme gris". Ils se situaient juste au-dessus du milieu du peloton, faisaient tout ce qu'il fallait et, la plupart du temps, les instructeurs oubliaient qu'il y avait deux femmes parmi le reste de la classe majoritairement masculine.

La semaine d'enfer ressemblait à une partie d'échecs psychologique, sauf que les instructeurs ont commencé et maintenu un avantage positionnel pendant toute la partie, sans aucune chance pour les étudiants.

Les instructeurs du SEAL ont lancé tout ce qu'ils pouvaient sur la classe les trois premiers jours afin de créer un sentiment de désespoir au sein de la classe : " Comment puis-je finir une semaine entière de cela ? ". C'était une recette finement élaborée qui a fonctionné.

Le premier jour a commencé le dimanche soir. Les étudiants se sont rassemblés sur la plage dans deux tentes vertes de l'armée et ont été priés de dormir, une tâche impossible avec l'énergie nerveuse de toute la classe comme un feu dans une bouteille. Juste au moment où certains commençaient à s'endormir, les tirs de mitrailleuses M60 ont commencé, accompagnés de fortes détonations de grenades paralysantes.

La semaine de l'enfer.

"Faites-moi un décompte maintenant, chef de classe", aboie l'instructeur Andretti, un géant italo-américain.

JJ regarde autour d'elle ; c'est le chaos total. De la fumée, des coups de feu, des grenades incapacitantes et des instructions lui parviennent de tous les coins du complexe de la plage SEAL.

Après plusieurs heures passées à essayer de rassembler la classe, ils ont finalement obtenu un nombre important de personnes et on leur a dit de prendre leur équipement de natation.

Quelques-uns n'étaient pas prêts pour la baignade nocturne dans l'océan, surtout lorsque l'un des instructeurs de la première phase a commencé à jouer la bande sonore des Dents de la mer au mégaphone.

Deux ont abandonné, puis trois autres.

Un gros camion Ford diesel blanc contenait du matériel médical et la cloche portative en cuivre que les abandons étaient forcés de sonner, selon une longue tradition remontant aux hommes-grenouilles de la Seconde Guerre mondiale des équipes de démolition sous-marine (UDT).

Le camion contenait également un grand thermos de café chaud. Dès qu'un élève abandonnait, on lui donnait une tasse de café fumant et on l'envoyait au service médical pour un examen de sortie.

JJ a fait un clin d'oeil à Olga alors qu'ils enfilaient leurs ceintures de natation vertes avec des couteaux et des bidons d'eau.

"C'est du gâteau, ma fille."

"Tu le sais", a dit Olga.

"Je vais guider, tu surveilles les requins", a dit JJ.

"Putain de requins", a répondu Olga.

"Je suivrais Olga jusqu'aux portes de l'enfer", se dit JJ.

C'est alors que l'instructeur Gammin est venu inspecter les nageurs pour s'assurer que leurs couteaux étaient bien aiguisés et que tout l'équipement était bien en place.

Après l'inspection, ils ont nagé à travers la ligne de surf sombre jusqu'au bateau qui marquait le début de leur nage de nuit de deux miles.

JJ n'avait aucune idée de ce qui les attendait, elle et Olga, ce soir.

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

SATISFAIT OU REMBOURSÉ

Quelque chose ne va pas ? Ça tombe bien vous avez 14 jours pour changer d'avis (hors produits numériques)

LIVRAISON EN EUROPE

Vous n'habitez pas en France ? Pas de problème, nous livrons partout en Europe !

SERVICE APRÈS VENTE

Besoin d'aide ? Nous sommes à votre service du lundi au vendredi

PAIEMENT SÉCURISÉ

Nous utilisons le cryptage SSL pour des paiements en toute sécurité