femme-dans-la-legion-entrangere

La seule femme qui s'est engagée dans la Légion étrangère française

Tout au long de l'histoire sanglante et horrible de la guerre humaine, il existe des tonnes d'histoires d'héroïsme face à un grand danger. Partout dans le monde, des troupes ont été prêtes à risquer leur vie et leur intégrité physique pour assurer la sécurité d'autrui, et cela mérite d'être célébré.

Tout le monde connaît des héros de guerre comme John Basilone, mais combien d'entre vous connaissent Susan Travers ? Si vous ne le savez pas, vous devriez.

Susan Travers, tout simplement, était une femme formidable. Elle a laissé derrière elle une vie choyée et une famille aisée pour faire quelque chose de grand.

Une chose menant à une autre, elle est finalement devenue la seule femme à pouvoir rejoindre la prestigieuse Légion étrangère française, qui n'acceptait que les ressortissants étrangers de sexe masculin.

Voici comment elle est passée du statut de fille d'amiral de la Royal Navy et d'héritière à celui de l'une des femmes les plus badass de toute l'histoire :

la-seule-femme-a-avoir-rejoins-lalegion-entrangere

La guerre d'hiver

S. Travers s'est d'abord engagée comme infirmière, mais elle s'est vite rendu compte qu'elle n'aimait pas la vue du sang ou de la maladie et est devenue ambulancière dans le corps expéditionnaire français. Elle est envoyée en Finlande pour les aider pendant la guerre d'hiver contre les Soviétiques, mais tout change lorsque la France tombe aux mains des nazis.
femme-qui-a-fait-partie-de-la-legion-etrangere

Les Forces Françaises Libres du Général De Gaulle

Lorsque les nazis prennent la France, Travers se rend à Londres pour prendre part au combat. Là, elle est attachée à la 13e Demi-Brigade de la Légion étrangère française. C'est là qu'elle se débarrasse de son dégoût pour le sang et le gore et qu'elle s'habitue à la vie rude d'une dure combattante.
Ses camarades masculins lui ont donné le surnom de "La Miss". C'est à ce moment-là qu'elle a commencé à conduire pour les plus grands.
femme-qui-a-fait-partie-de-la-legion

1ère Brigade française libre

Après avoir passé plusieurs mois comme chauffeur pour des officiers supérieurs et démontré son extrême aptitude à naviguer dans les conditions les plus dangereuses, y compris les champs de mines et les attaques de roquettes, elle a été désignée comme chauffeur du commandant de la 1ère Brigade française libre, le colonel Marie-Pierre Koenig.
femme-dans-la-legion

Fort de Bir Hakeim

C'est en mai 1942 que l'Afrika Korps de Rommel se prépare à attaquer le fort de Bir Hakeim. Koenig ordonne à toutes les femmes d'évacuer, mais Travers refuse de partir, devenant ainsi la seule femme parmi au moins 3 500 hommes. Rommel pensait que le fort serait pris en 15 minutes mais, au lieu de cela, les Français libres ont tenu bon pendant 15 jours.

Finalement, leurs réserves s'épuisent et Koenig prend la tête d'une évasion, essayant d'éviter les champs de mines et les chars allemands. En tant que chauffeur du colonel, Travers a vraiment mené l'évasion, mais le convoi a été découvert lorsque l'un des véhicules du convoi a roulé sur une mine. Travers a appuyé sur l'accélérateur.

femme-dans-la-legion

Un "sentiment délicieux"

Une fois le convoi découvert, il est tombé sous le feu nourri des mitrailleuses, et Travers a continué à appuyer sur l'accélérateur. Elle aurait dit,

"C'est une sensation délicieuse, aller aussi vite que possible dans le noir. Ma principale inquiétude était que le moteur cale."

Elle a percé les lignes allemandes, créant une brèche par laquelle les autres ont pu suivre. Une fois qu'ils ont atteint les lignes alliées, elle a découvert que le véhicule avait au moins 11 trous de balles et était gravement endommagé par des éclats d'obus.
Après cela, Koenig a été envoyé en Afrique du Nord pour poursuivre le combat, tandis que Travers est restée avec la Légion, participant à des opérations en Italie, en Allemagne et en France. Elle a finalement été blessée lorsqu'elle a roulé sur une mine terrestre.
femme-qui-a-fait-partie-de-la-legion

Légion étrangère française

En mai 1945, Travers a demandé à devenir un membre officiel de la Légion étrangère française. Elle a "omis" de mentionner son sexe et elle a été acceptée dans leurs rangs. Elle devient ainsi la première - et la seule - femme à s'engager dans la Légion étrangère française.

Elle a été envoyée au Vietnam pendant la première guerre d'Indochine et, à la fin de sa carrière, elle a été décorée de la médaille militaire, de la croix de guerre et de la Légion d'honneur (le plus haut ordre du mérite français pour les mérites militaires et civils).
Retour au blog

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés.