Le programme Elite Sniper des Navy SEAL : 3 mois d'enfer

L'air froid du matin était épais dans la vallée afghane. Chaque expiration chaude embrumait brièvement le coin extérieur de la lunette de mon fusil. Mais je suis resté stable et j'ai gardé une vue claire de l'homme d'âge moyen.

Il portait une robe traditionnelle afghane et avait le pas voûté, peut-être une histoire datant du conflit soviétique ou taliban.

L'entraînement intense que j'avais reçu des années auparavant lors du cours de tireur d'élite des Navy SEAL m'avait appris à être patient, à attendre le tir parfait, à m'assurer qu'il s'agissait d'un méchant, à contrôler ma respiration, puis à passer en revue ma liste de contrôle mentale... respirer, se concentrer, presser.

J'ai réfléchi intérieurement. J'étais le seul à tenir la vie de cet homme entre mes mains. Et il n'avait aucune idée que je visais la masse centrale avec mon 300 Win Mag.

À longue distance, il est essentiel de tenir compte de tous les facteurs environnementaux et balistiques. Vent, température, pression barométrique, degré de latitude, vitesse de la balle et force de Coriolis (rotation de la terre).

Chaque détail de ce tir et du terrain local avait été préalablement programmé dans mon ordinateur de poche qui avait craché une solution de tir finale. Après que notre commandant de peloton, Cassidy, m'ait fait signe, je devais réaliser ce tir.

La plupart des tâches que j'ai effectuées avec l'équipe 3 du SEAL en Afghanistan consistaient à faire de la reconnaissance avec des tireurs d'élite, à identifier des cibles, à demander un appui aérien et à larguer la mort d'en haut, habituellement sous la forme d'une tête JDAM de 1 000 livres.

Quelques-unes étaient plus proches et personnelles, et se sont gravées dans ma mémoire comme une chaîne YouTube personnelle qui tourne en boucle.

Qu'est-ce que ça fait d'être un tireur d'élite et de suivre l'entraînement ?

En tant qu'ancien tireur d'élite des Navy SEAL, instructeur du cours de base puis du cours avancé, et finalement instructeur en chef du programme des tireurs d'élite des SEAL de la côte ouest, je connais parfaitement la patience et les compétences nécessaires pour obtenir un diplôme de tireur d'élite.

Le sniper du 21e siècle est un tireur mature et intelligent qui utilise la technologie à son avantage. Il a passé des milliers d'heures à affiner ses compétences. Il est un maître de la dissimulation dans tous les environnements, des montagnes de l'Afghanistan aux rues bondées de l'Irak.

Il est formé à la science, mais c'est à lui seul qu'il revient de créer l'art individuel de tuer. Pour le sniper, le champ de bataille est comme la toile blanche d'un peintre. C'est à lui d'utiliser ses outils, sa formation et sa créativité pour déterminer comment se déroulera le tir final et l'impact psychologique dévastateur qui est finalement le résultat de ses actions.

Que faut-il pour devenir un tireur d'élite des Navy SEAL ?

Le cours des SEAL est sans doute l'un des meilleurs. C'est l'un des cours les plus difficiles et les plus avancés techniquement au monde.

Quel genre de personne est prêt à ramper sur le sol chaud du désert pendant des heures, à uriner sur place, à se déplacer de quelques mètres pour s'installer sur une cible et à attendre encore des heures pour le tir parfait ? La réponse est le sniper bien entraîné.

devenir-sniper

Les trois phases de l'entraînement des snipers des SEALs

Le cours de tireur d'élite des SEAL de la marine est divisé en trois phases et dure plus de 90 jours de semaines de travail de 100 heures et de sept jours. Il est testé selon les normes les plus élevées au monde.

Dans la première phase, le candidat apprend les dernières techniques de photographie numérique, la manipulation/compression d'images par ordinateur et les communications radio par satellite.
Autrefois, le tireur d'élite dessinait une cible en détail et prenait des notes avec un crayon et du papier. Au 21e siècle, le tireur d'élite tire parti de la technologie à son avantage. Il utilise les systèmes de caméra, le matériel et les logiciels les plus avancés pour enregistrer les informations sur la cible et produire une solution de tir.

La phase deux est la partie de l'entraînement consacrée à la reconnaissance. Le nom du jeu est la discrétion et la dissimulation. Au cours de cette phase, le tireur d'élite apprend l'art du camouflage, les tactiques des petites unités, les techniques de patrouille et, surtout, comment entrer et sortir des zones hostiles de l'ennemi sans être détecté et sans laisser de trace derrière lui.
Nous rejetons souvent les candidats qui laissent derrière eux la plus petite trace, une douille de balle laissée derrière vous sera renvoyée chez vous. Vers la fin de cette phase, nous introduisons des principes fondamentaux avancés de tir et un système de gestion mentale utilisé par les meilleurs athlètes du monde.
La gestion mentale donne aux élèves les outils pour faire face à l'adversité (qu'ils les utilisent ou non, c'est leur choix). Elle leur donne également un système pour répéter et pratiquer parfaitement leurs compétences grâce à des techniques de visualisation mentale.

Pour prouver la valeur de la gestion mentale et de la répétition, je raconte souvent une histoire vraie sur le sujet. Un pilote de chasse de la Navy a été abattu au Vietnam, capturé et emprisonné pendant des années dans le célèbre camp de prisonniers de guerre, le "Hilton de Hanoi".
Le pilote était un golfeur passionné dans son pays et, pour faire face à cette situation extrêmement difficile, il jouait des parties de golf dans sa tête. Pendant des années, il jouait parfaitement ses parcours préférés dans sa tête.
Finalement libéré et de retour sur le sol américain, la première chose que fit ce pilote fut de sauter de l'ambulance militaire et de se rendre sur le terrain de golf. Après avoir expliqué son allure délabrée (il était grand et extrêmement maigre à cause de la malnutrition), il a joué neuf trous de golf avec un score inférieur à la normale. Les témoins de l'événement sont choqués.
Lorsqu'on lui demande comment cela est possible, le pilote répond : "Messieurs, je n'ai pas fait de mauvais coups depuis quatre ans !".
devenir-tireur-d-elite
La troisième phase est la partie sniper. Nous passons des heures en classe à apprendre la science derrière le tir, la balistique, les facteurs environnementaux, les facteurs humains, et comment calculer le vent, la distance et l'avance de la cible. Ensuite, nous mettons ces connaissances en pratique sur le champ de tir.
Les élèves s'entraînent et se testent avec des cibles mobiles et pop-up dans des conditions de vent fort et des cibles jusqu'à 1 000 mètres.
Dans le cadre de la formation, nous mettons les tireurs dans les situations les plus stressantes et les plus difficiles que l'on puisse imaginer. Nous recherchons des signes de grande intelligence, de patience et de maturité mentale. Ensuite, nous plaçons intentionnellement (souvent à l'insu du candidat) le tireur dans des situations défavorables et injustes pour tester son courage.

Un exemple de ceci serait le tir "en bordure". Les stagiaires sont alignés sur le champ de tir et on leur dit qu'ils ont quatre minutes pour courir 600 mètres, s'installer sur la ligne de tir et attendre que leurs cibles apparaissent.
Les cibles peuvent apparaître immédiatement ou prendre jusqu'à une heure pour le faire. Nous envoyons toujours une cible immédiatement, généralement juste au moment où les tireurs s'installent sur leur ligne et identifient leur champ de tir.
Pour ajouter au drame.
Souvent, un tireur détournait les yeux une fraction de seconde pour essuyer la sueur de son front, puis baissait à nouveau les yeux sur sa lunette pour voir sa cible disparaître. L'occasion s'est envolée.
La pression est intense et les tireurs s'effondrent souvent de frustration après un tir manqué ou même après avoir tiré. Ils finissent par apprendre à contrôler leurs émotions et à garder leur sang-froid, sinon ils ne sont pas diplômés.

Nous notons et mesurons tout et conservons des dossiers détaillés sur les élèves. Nous enregistrons tout et faisons un compte rendu quotidien. Tout le monde ne s'en sort pas, et le simple fait d'obtenir un billet est extrêmement compétitif.
Personne ne veut retourner dans son équipe SEAL en tant que perdant après avoir échoué le programme. Cependant, ce cours est l'un des rares cours que vous pouvez échouer en tant que SEAL sans être méprisé par vos coéquipiers, ou pire, renvoyé dans la marine ordinaire. Cela arrive parfois avec d'autres cours.

Le cours de tireur d'élite des Navy SEAL est réputé pour être l'un des cours les plus difficiles et les plus exigeants au monde. Il faut une persévérance extrême pour obtenir le titre de tireur d'élite des SEAL. À ce jour, c'est l'un des événements les plus stressants de ma vie, même si on le compare à mes périodes de combat.
Je connais beaucoup de diplômés qui disent qu'ils préféreraient refaire la semaine de l'enfer plutôt que de revivre le stress de l'école de tireurs d'élite !

Trois mois d'enfer...

Nous avons un dicton dans les équipes SEAL, "Le seul jour facile était hier."

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

SATISFAIT OU REMBOURSÉ

Quelque chose ne va pas ? Ça tombe bien vous avez 14 jours pour changer d'avis (hors produits numériques)

LIVRAISON EN EUROPE

Vous n'habitez pas en France ? Pas de problème, nous livrons partout en Europe !

SERVICE APRÈS VENTE

Besoin d'aide ? Nous sommes à votre service du lundi au vendredi

PAIEMENT SÉCURISÉ

Nous utilisons le cryptage SSL pour des paiements en toute sécurité